• Joë Bousquet

     

    Joë Bousquet (1897-1950)

    « Nul homme n'y verra clair que dans la lumière qu'il aura créée, la poésie est un nom de la vérité ; mais il est une poésie qui est source de la poésie. Un mot fait le jour autour de lui… »

    « Un accident m'a donné la faculté poétique. Encore ne dois-je pas mettre ma bonne volonté à la réduire à l'impuis-sance.
    Il est difficile de reconnaître entre toutes les gênes celles qui sont dans le sens de notre élévation et qui, contribuant à nous déshumaniser, sauvent la mise à une notion inconnue de l'homme. »
      

      (La romance du seuil)

     
      Aux éditions Rougerie :
       
                      Notes-Book, suivi de D'une autre vie, préface de Christian Augère
      Le Sème Chemins
      La contrition de Joë Bousquet, par Gabrielle Sarraute, avec un dessin de Hans Bellmer 
      Langage entier, préface de Jean Cassou
       À Max-Philipe Delatte, précédé de Petite histoire de « Critique 38 », par Max-Philippe Delatte  
       Isel 
       Le Bréviaire bleu 
       La Romance du Seuil, suivie de Poésie, préface de Hubert Juin  
       L’Homme dont je mourrai, préface de Christian Augère    
      Lettres à Carlo Suarès, préface de Marc Thivolet    
      Lettres à Jean Cassou 
      Notes d'inconnaissance  
      Le Pays des Armes rouillées