•  

      

    Lire la suite...


  •  

    À LA FONTAINE DES DÉMENCES

     

                Je ne pose pas de questions souvent
    ni aux papiers - ni aux décombres
    décombres argentés dont nous ne faisons pas plus
    nos délices qu'il n'est nécessaire aux vivants

     

                Mais aujourd'hui qu'est-ce qu'un ange
    dont le ministère ailé ne sait plus de mystère ?

     

                Qu'est l'avantage d'une miséricorde
    Lorsque jeter l'ancre n'est pas le chemin
    qui conduit aux papillons
    du bien-être à pleins bords ?

     

                Celle-là a la tête ronde
    des yeux plus ronds que le rond
    par dessus tout un collier rond
    qui serait le collier d'un tigre
                si le tigre lui-même n'était — une fois de plus —
    ce qui est de plus rond

                Faut-il s'enfuir ?
    La terre bat son plein : depuis longtemps
    rien n'est plus à refaire

     

    Le soleil enfermé dans un château d'orages
    Les orages lancinants — ne sévissent plus que par temps de neige
                Il nous faut maintenant discourir
    avec la bouche des songes — comme la mer discourt
    avec le mur immense de la cécité

                Verte comme le songe.

     

    Marianne Van Hirtum

     

    (1925-1988)

     

    Aux éditions Rougerie : 

     Le papillon mental   

    Le trépied des algèbres  

    • La nuit mathématique 

     

             

    Marianne Van Hirtum


     

     


  •  ←

    Rouben Mélick

    La quatrième chambre est un ventre de pluie
     
     La voyeuse affutée jusqu'au faîte
     du regard
     Dort dans la dormition de cette prose humide et ronde
     investie par son double au comble de sa chair

     Un nénuphar aveugle a surgi de ses paumes

     De voyeuse à voyante il existe un loup blanc
     qui écarte en rêvant les cuisses de la femme
     pour peu qu'elle consente à ce ventre de pluie
     le soir où les chasseur visent des roses mâles 

    (Chambres bleues, extrait)

    (1921-2007)             
     

    Aux éditions Rougerie : 

     Poèmes choisis, préface de Bernard Heudré 

    Le rouge cloître in Poésie présente n° 6 

    Ordination de la mémoire in Poésie présente n° 18

     

     

     

    Angèle Vannier


     

     


  •  ←

    Angèle VannierLa quatrième chambre est un ventre de pluie
     
     La voyeuse affutée jusqu'au faîte
     du regard
     Dort dans la dormition de cette prose humide et ronde
     investie par son double au comble de sa chair

     Un nénuphar aveugle a surgi de ses paumes

     De voyeuse à voyante il existe un loup blanc
     qui écarte en rêvant les cuisses de la femme
     pour peu qu'elle consente à ce ventre de pluie
     le soir où les chasseur visent des roses mâles 

    (Chambres bleues, extrait)

    (1917-1980)             
     

    Aux éditions Rougerie : 

     Poèmes choisis, préface de Bernard Heudré 

    Le rouge cloître in Poésie présente n° 6 

    Ordination de la mémoire in Poésie présente n° 18

     

     

     

    Angèle Vannier


     

     


  •   

     

     

    La Chesnaie, Basse-Goulaine, 6 mars 1944.

     Mon vieux Marcel,

    Bouhier m’écrit ce matin que Max vient d’être interné au camp de Drancy. Je ne veux pas penser que c’est vrai. Dis-moi vite qu’il y a malentendu, autrement ce serait terrible. Et il faudrait faire l’impossible pour tirer Max de là.
    Qu’arrivera-t-il si l’on entoure maintenant la poésie de barbelés. il y avait bien assez de silence sur nous sans cela.
    Ton livre est, dit-on, paru. L’aurai-je ? Tu me ferais un immense plaisir en te privant d’un exemplaire pour mon aimée. C’est Hélène Laurent, 16, place Paul-Doumer, Bordeaux, qui l’attend.
    Envoie au plus tôt des nouvelles
     

    René

                                                          (1920-1951)   
      
                        
     Aux éditions Rougerie :
     

      Correspondance (avec Marcel BÉALU), ill. de Béalu, Cadou et Roger Toulouse

    Le testament d'Apollinaire, préface de G.-E. Clancier  
    Le Miroir d'Ophée, présentation de Michel Décaudin 
     

    René-Guy Cadou

     
     
              

        





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique