• René-Guy Cadou

      

     

     

    La Chesnaie, Basse-Goulaine, 6 mars 1944.

     Mon vieux Marcel,

    Bouhier m’écrit ce matin que Max vient d’être interné au camp de Drancy. Je ne veux pas penser que c’est vrai. Dis-moi vite qu’il y a malentendu, autrement ce serait terrible. Et il faudrait faire l’impossible pour tirer Max de là.
    Qu’arrivera-t-il si l’on entoure maintenant la poésie de barbelés. il y avait bien assez de silence sur nous sans cela.
    Ton livre est, dit-on, paru. L’aurai-je ? Tu me ferais un immense plaisir en te privant d’un exemplaire pour mon aimée. C’est Hélène Laurent, 16, place Paul-Doumer, Bordeaux, qui l’attend.
    Envoie au plus tôt des nouvelles
     

    René

                                                          (1920-1951)   
      
                        
     Aux éditions Rougerie :
     

      Correspondance (avec Marcel BÉALU), ill. de Béalu, Cadou et Roger Toulouse

    Le testament d'Apollinaire, préface de G.-E. Clancier  
    Le Miroir d'Ophée, présentation de Michel Décaudin 
     

    René-Guy Cadou