• Tag Wetzel

    Résultats pour la recherche du tag Wetzel :
  • ...expliquer, sinon, qu'un si virtuose écrivain s'en tienne expressément à ce que le langage lui semble pouvoir pour lui ? C'est que notre virtuose est bien d'abord un scrupuleux, un compatissant, un rebâtisseur de vie : il ne crée pas pour montrer qu'il crée, ni même pour créer, mais bien...

    Lire la suite...

  • ...expliquer, sinon, qu'un si virtuose écrivain s'en tienne expressément à ce que le langage lui semble pouvoir pour lui ? C'est que notre virtuose est bien d'abord un scrupuleux, un compatissant, un rebâtisseur de vie : il ne crée pas pour montrer qu'il crée, ni même pour créer, mais bien...

    Lire la suite...

  • ...Votre mère aussi Et la mienne Mais comme vous avez su les rendre présentes les mères absentes ! C’est pour ça que j’écris pour l’enfantement qu’elles furent pour l’enfantement que nous sommes leur écrivant »  (p. 13) Marc Wetzel sur le site...

    Lire la suite...

  • ...Votre mère aussi Et la mienne Mais comme vous avez su les rendre présentes les mères absentes ! C’est pour ça que j’écris pour l’enfantement qu’elles furent pour l’enfantement que nous sommes leur écrivant »  (p. 13) Marc Wetzel sur le site...

    Lire la suite...

  • ...n’est qu’un dos.              Le cœur cogne dans l’ombre où il bat. La respiration perce le trou où elle passe »   (p. 14) Nous croulons sous les manuels de bonheur ; ce qui manque cruellement, ce sont des manuels de justesse. Mais en voici magnifiquement un. Marc...

    Lire la suite...

  • ...n’est qu’un dos.              Le cœur cogne dans l’ombre où il bat. La respiration perce le trou où elle passe »   (p. 14) Nous croulons sous les manuels de bonheur ; ce qui manque cruellement, ce sont des manuels de justesse. Mais en voici magnifiquement un. Marc...

    Lire la suite...

  • ...brune » (p. 47), cet homme d’immense agitation, mais qui prend authentiquement sur lui et généreusement expie la hantise universelle, quitte son lecteur avec des égards qu’on dirait surnaturels, « ce n’est qu’un adieu … doux étang … où stagne l’eau bénite en son herbe...

    Lire la suite...

  • ← Le recueil d’Olivier Deschizeaux me déroute beaucoup : je ne sais à qui il s’adresse (« tu me paramètres », « tu m’éjacules », « tu me jettes un anneau de doléance » etc.) – je vois seulement que de cet être, il exige tout, et n’attend rien ! D’autre part,...

    Lire la suite...

  • ...lucidité qui le tue ne nous épargnera guère, mais n'est-ce pas justice ?   «  au cœur des mots crus la fiction heureusement enivre la troisième personne rattrape la première sans même lui dire tu tout le réel, rien que lui, dans mon je essoufflé  » (p.60)   Marc Wetzel (mai 18)

    Lire la suite...

  • ...lucidité qui le tue ne nous épargnera guère, mais n'est-ce pas justice ?   «  au cœur des mots crus la fiction heureusement enivre la troisième personne rattrape la première sans même lui dire tu tout le réel, rien que lui, dans mon je essoufflé  » (p.60)   Marc Wetzel (mai 18)

    Lire la suite...