• Victor Segalen

      ←

     

     (1878-1919)

     

    « Siddhartha : Ha ! je vois ! je vois ! je vois trop bien, et trop clair ; et trop profon-dément ! [..]
    Et toi, nature baladine ! nature aux seins parés, comme une danseuse ; [...] Je vois maintenant où tu m'as plongé en me mettant au monde ! Oh ! la fascinatrice ! ô mère des reflets torrentiels ! Tu as les yeux fardés ; – je les vois – tu as les seins cachés – par dégoût... Mais je découvre ta poitrine, Nature fallacieuse, j’arrache ton corselet de clinquant ! je déchire ta tunique... je t'appelle Illusion-du- monde ! »                                (1878-1919

     
        Aux éditions Rougerie :
         
                         Le voyageur des deux routes, par G. Germain
        Imaginaires, trois nouvelles suivi de Fragments inédits, présentation de Henri Bouillier  
        Siddhârtha, pièce en 5 actes préfacée par Gabriel Germain
        Dossier pour une fondation sinologique, textes réunis, annotés et présentés par Annie Joly-Segalen
     

     


    Tags Tags :