• Xavier Grall

     ←

    Xavier Grall

     
     
     

    […]

    Oui
    J ’ai rêvé d’un peuple ébloui
    De Terre Sainte revenus
    Les rois bretons et les bardes
    Paysannement
    Dans les bombardes
    Soufflaient des féeries
    Féeriquement
    L’ hydromel flambait
    Dans les bolées
    Et dansaient les villages
    Sur les collines
    Mais pourquoi cette complainte
    Après tant d’allégresse ?
     —Pourquoi cette païenne tristesse
    Au bout de la quête arthurienne ?
    Pleurez collines
    Pleurez vallons
    Sur les châteaux morts
    De la Douloureuse Garde
    Aux Bois Dormants
    Reposent les épées et les poèmes
    Seigneur Dieu
    Pourquoi vous cachez-vous
    Aux yeux de ceux qui vous aimaient
    Adieu les preux errants
    Lierres et pierres
    Temps frivoles et sans pitié
    Temps meurtriers
    Ronciers

    Temps de mécréance
    Temps de médisance
    Dévorez-moi
    Dévorez-moi
    Car je ne saurais vivre
    Sans croire que les chemins
    Vont quelque part
    En quelque ville  

    […]

                                                            (1930-1981)             
     
     

    Aux éditions Rougerie :

     

    L'Œuvre poétique, préfaces de Mireille Guillemot et Yvon Le Men,  biobibliographie de Jan Dau Melhau